Prestations Suspensions

A quoi correspond l’entretien d’une fourche de VTT ?

On va dire qu’il y a 3 niveaux d’entretien pour conserver sa fourche en bon état : le nettoyage des plongeurs, le nettoyage des joints mousses et la vidange complète.

1. Nettoyer & lubrifier les joints spis (après chaque sortie)

Nettoyage des joints spis
Nettoyage des joints spis

La première des choses à faire, c’est de toujours maintenir ses plongeurs et ses joints spis en parfait état de propreté.

Un petit coup de chiffon autour des joints spis prend à peu près 30 secondes à réaliser. C’est le minimum vital après chaque sortie.
Si les conditions de ride sont poussiéreuses ou boueuses, il m’arrive fréquemment de nettoyer ma fourche en cours de sortie.

Ensuite, lubrifiez les joints avec de l’huile téflon ou de l’huile de fourche. Faites fonctionner la fourche, puis essuyez le surplus d’huile.
Cela permet de laisser un film d’huile sur les plongeurs et de lubrifier les joints spis pour éviter qu’ils sèchent.

Sur de nombreux modèles de fourches, les bagues de guidage disposent de petits canaux pour laisser passer l’huile : mettre son vélo à l’envers, avant une sortie, permet de lubrifier les joints mousses.

2. Nettoyer et lubrifier les joints mousses (toute les 50 heures d’utilisation ou 25 sorties)

Sur les fourches disposant de joints mousses (situés en-dessous des joints racleurs), il est important de les nettoyer assez fréquemment.

Nettoyage des joints mousses
Nettoyage des joints mousses

Les constructeurs préconisent toutes les 25 à 40 heures, mais cela dépend beaucoup des conditions dans lesquelles on roule.

Mise à jour: Sur les fourches récentes avec des joints spis qui rentre complètement dans les fourreaux, cette manipulation ne doit plus être réalisée comme ci-dessous, mais en dissociant les fourreaux des plongeurs.

Cette étape consiste à :

  • soulever les joints spis (sans les abîmer)
  • soulever les joints mousses afin de les nettoyer
  • lubrifier les joints mousses avec de l’huile de fourche (voir les préconisations des fabricants pour la viscosité de l’huile)
  • repositionner le tout

!! Important : cette étape n’est pas compliquée mais elle est délicate. Faites très attention de ne pas rayer les plongeurs lorsque vous soulevez les joints  spis  !!

Lien pour les fourches Fox Racing Shox : Tuto Fox pour le nettoyage des joints mousses
C’est le même principe pour les autres marques de fourches VTT.

3. Vidange de la fourche (toute les 100 heures d’utilisation ou 50 sorties)

Vidange fourche VTT
Vidange fourche VTT

La vidange de la fourche correspond au remplacement de l’huile.

Pour un entretien complet, on va démonter complètement la fourche pour :

  • nettoyer toutes les pièces : cartouches, fourreaux, plongeurs, pistons…
  • vérifier l’état d’usure des plongeurs et des bagues de guidage
  • changer l’huile de laminage et l’huile de lubrification

Sur la plupart des fourches, il y a ces 2 types d’huile.
Il faut savoir que l’huile de fonctionnement perd ses qualités hydrauliques à force d’être laminée dans les pistons de détente et de compression.
Pour la plupart des marques, cette étape nécessite le changement des joints spis, car les nouveaux  joints spis/caches poussières « tout-en-un » tolèrent mal le démontage/remontage. Il n’est pas rare qu’un joint non changé, se mette à fuir après quelques sorties.

Pour une personne qui nettoie fréquemment les joints mousses et les joints racleurs, l‘entretien peut être partiel, sans démontage complet de la fourche. Cela correspondra à une simple vidange d’huile.
Le simple remplacement des huiles permet d’éviter de changer les joints spis, donc de diminuer les coûts d’entretien, tout en améliorant le fonctionnement de la fourche.

On arrive à la question du pourquoi ?

Le problème est que le manque d ‘entretien peut rapidement abîmer une fourche, notamment au niveau des plongeurs et de leurs revêtements.
Cet entretien est d’autant plus important que l’on dispose d’une fourche suspendue haut de gamme.

La problématique qui incombe aux fourches est la même que le reste des composants VTT. Par rapport à une moto cross, il faut que la fourche soit légère !
Pour cela, les fabricants ont trouvé des solutions qui vont dans ce sens. Sur le plan technique, ces choix peuvent être discutables, mais ils répondent aux besoins des riders qui veulent des produits légers et performants.

    • le volume d’huile a diminué en passant sur des cartouches fermées. On a séparé l’huile de fonctionnement et l’huile de lubrification. Cela a permis une baisse significative du poids, pour les plus anciens, rappelez-vous de vos Marzo avec leurs 400 ml d’huile de laminage !
      Les constructeurs utilisent de l’huile de fonctionnement beaucoup plus performante, avec des qualités spécifiques pour les cartouches fermées.
      L’inconvénient, c’est que cette huile de fonctionnement vieillit plus rapidement à cause de son faible volume.
    • la plupart des fourches ont troqué leurs ensembles joints spis + joints caches poussières contre un ensemble de joints spis + joints mousses. Cela a permis de réduire les frottements, et donc d’augmenter le seuil de déclenchement des fourches. On a aussi gagné quelques grammes au passage.
      Mais l’inconvénient majeur, c’est que la saleté rentre plus facilement dans les fourreaux, pour venir se coller sur les joints mousses imbibés d’huile.
Plongeur usé par un mauvais entretien
Plongeur usé par un mauvais entretien

Ces 2 points font que l’entretien des fourches est devenu très important et beaucoup plus fréquent qu’auparavant.
Tous les coureurs ont déjà vu des plongeurs poncés jusqu’à faire partir le traitement, voir plus… Des joints mousses sales deviennent de véritables tampons « Gex ». Et dans ce cas-là, la note pour une remise en état est souvent très salée (environ 300 €).